Actualités

Partager sur :

L'Institut du Digital dans la Construction : interview de Rémi Dornier (Dassault Systèmes) et Philippe Jacglin (Build & Connect)

09 octobre 2023 Numérique
Vue 140 fois

A l'occasion du lancement de l'Institut du Digital dans la Construction, Rémi Dornier (Dassault Systèmes et référent de la commission numérique et compétitivité du Pôle Build & Connect) et Philippe Jacglin (chef de projets numériques au Pôle Build & Connect) reviennent sur les origines de cet Institut. Ils explorent les synergies entre le Pôle Build & Connect et l'Institut, tout en partageant leur vision commune de la transformation digitale dans l'industrie de la construction. Découvrez comment ces experts envisagent de relever les défis et de catalyser le changement dans ce domaine en constante évolution.

1/ Pouvez-vous présenter Dassault Systèmes et sa contribution sur le sujet de la construction ?

 

RD : Dassault Systèmes est une société scientifique qui met l’art, la technologie et la science au service de l’innovation. Nous sommes un leader mondial en matière d’innovations durables qui propose des plateformes virtuelles d’expérience pour inventer des produits qui répondent aux grands défis d’aujourd’hui. C’est pourquoi, nous sommes impliqués dans les transformations industrielles, tant aux côtés des leaders industriels que des startups.

 

L’amplitudes des domaines (ville, infrastructure, industrie et santé) sur lesquels nous évoluons permet d’avoir une vue transversale et de créer de la fertilisation entre les secteurs d’activité. A ce titre, nous sommes un acteur du digital impliqué dans la construction, pour l’ensemble de la chaine de valeur, depuis l’utilisateur jusqu’aux industriels qui fabriquent les équipements des bâtiments en passant par les architectes avec des logiciels tels que HomeByMe, Catia, Delmia, Enovia  ou Solidworks mais aussi grâce à des partenariats stratégiques avec des acteurs phares de la construction.

 

Me concernant, je suis chez Dassaults Systèmes depuis plus de 15 ans et depuis 2013, je m’occupe de la construction. J’ai pris aujourd’hui la responsabilité de cette industrie, l’une des 12 que le groupe anime.

 

2/ Vous êtes membre du conseil d’administration du pôle et référent de l’axe stratégique numérique et compétitivité. Quels liens établissez-vous entre ces deux termes ?

 

RD : Le secteur de la construction a besoin d’une transformation parce qu’il subit des pressions fortes sur 3 axes : le développement durable qui bouleverse les pratiques, la productivité qui n’a pas augmenté au même rythme que les autres industries et le manque de main d’œuvre qui questionne sur des approches multi métiers. Quand on parle de transformation, Il ne s’agit pas de remplacer des expertises locales mais plutôt de compenser un certain nombre de tâches qui pourraient être plus polyvalentes.

 

Je pense que la construction est face à un défi majeur qui est d’inventer l’industrialisation de la personnalisation, plutôt que la standardisation de masse. Le secteur peut s’inspirer de l’industrialisation mais il doit tracer sa propre voie. Cela veut dire que nous devons faire avec les caractéristiques de notre écosystème : fragmenté, local, très ouvert. Le digital peut beaucoup apporter au travers notamment du cloud qui peut aider à chaîner un écosystème ouvert à des très petites entreprises qui constituent le tissu d’acteurs qui ne sont pas en mesure de mettre en œuvre des révolutions digitales seules. Autre bouleversement, l’approche générative et l’IA.  Dans la construction, on ne peut pas configurer comme on le ferait pour une voiture, il faut générer à partir de l’esquisse de l’architecte et s’adapter. En revanche, le génératif peut virtualiser les savoir-faire c‘est à dire standardiser et reproduire des méthodes de construction qui sont prouvées. Enfin, le jumeau numérique permet un gain réel d’anticipation et d’organisation du chantier. Je suis convaincu que toutes ces tendances numériques peuvent amener un vrai gain compétitif.

 

Je pense que la révolution du numérique est devant nous. Le fait qu’on ait finalement peu d’héritage numérique dans la construction est un atout, on peut aller vite.

 

PJA : La mutation de la construction signifie aller vers un mode de production plus industriel, qui intègre beaucoup de dimensions : on évoque souvent, à juste titre, le hors-site et la construction modulaire mais il faut aussi considérer les notions d’efficacité, de lean, de changements de méthodes. Le tout est de rechercher la flexibilité des modes de production avec des outils tels que le centre de logistique, les usines éphémères, le hors site, autant de notions à coordonner ensemble.

 

RD : Oui, la construction hors-site est une approche qui nécessite des investissements conséquents et une démarche de structuration de ligne produits. Il nécessite d’être au clair sur le type de produits et l’unité d’œuvre que l’on souhaite produire. Ça fait partie des solutions mais il y a aussi des étapes intermédiaires et un cheminement à intégrer, les usines éphémères, les centres logistiques et de kiting sont aussi à considérer. Le jumeau numérique permet de choisir les modes de productions en fonction des atouts locaux.

 

3/ Le pôle Build & Connect lance le 11 octobre l’Institut National du Digital dans la Construction. Quelle est la raison d’être de cet Institut ?

 

RD : Pour amener de l’innovation il faut connecter ensemble des personnes qui n’auraient pas été amenées à se rencontrer. La vocation de l’Institut est de rassembler des pionniers qui veulent faire bouger les choses, des investisseurs capables de les accompagner, et des acteurs qui veulent accélérer sur le digital. Nous souhaitons créer un écosystème de partage et d’échanges pour aller vers la transformation.

D’autre part, il a une vocation nationale. Je suis persuadé que France a un atout majeur à jouer dans la construction. Avec 472 000 entreprises, 3 des 10 leaders européens qui sont aussi des champions mondiaux, on peut faire de la France un pôle d’excellence sur le sujet de la construction.

 

PJA : C’est un secteur traditionnel, l’enjeu environnemental est immense. Il faut aller vite sur des sujets tels que la décarbonation, la rénovation et pour cela, il faut massifier l’utilisation des outils mais aussi faire évoluer les process de fabrication, faire évoluer les compétences. L’institut sera un catalyseur pour ces changements. Il faut faire bouger les lignes avec les pionniers les plus motivés en misant sur l’effet d’entrainement. L’Institut est rattaché au pôle Build & Connect ; il  bénéficiera de l’expertise du pôle de compétitivité dans l’innovation. Ce sera le bras armé du Pôle sur le numérique et il devrait permettre d’augmenter le nombre de projets de recherche sur le numérique.

 

RD : Tout le monde a vocation à y participer : les collectivités territoriales, les architectes, les développeurs immobiliers, les entreprises générales, les industriels, les sous-traitants et les artisans. Nous avons structuré le projet autour de 3 piliers : « Inspirer », c’est-à-dire expliquer et référencer ce qui se fait via des retours d’expérience concrets, « Former » pour mieux s’approprier ces techniques et outils, et « Incuber», ou permettre à des projets d’innovation de voir le jour et d’aider à la mise en place de structures pour leur mise en œuvre.

On va procéder par étapes. D’abord il faut identifier les initiatives et inspirations qui raisonnent. Cette année sera consacrée au cadrage et à l’identification des thématiques de travail. Une fois cette étape faite, on viendra élaborer et enrichir les autres piliers pour passer de l’inspiration à l’action. Nous prévoyons des formations, des démonstrateurs, mais aussi des thèses de recherche ou des chaires.

 

5/ Pouvez-vous nous en dire plus sur la journée du 11 octobre

 

RD : Le but est d’inspirer et de se rencontrer ! Grâce à l’intervention d’acteurs variés ; collectivités territoriales, petite entreprise pionnière, grand groupe, qui tous sont déjà dans la démarche. Il y aura également des sessions éclairantes sur les notions qui émergent dans la construction autour du digital.

 

PJA : Il y aura beaucoup de sujets novateurs, peu encore vus ailleurs. Par exemple, l’intervention d’une PME qui intègre les concepts de l’automobile dans la construction hors site et modulaire et qui est allée très loin dans l’aspect social et environnemental ou la présentation d’un retour d’expérience sur la gestion d’une ville de manière totalement inédite grâce au numérique. Le sujet de la rénovation sera également présent.

 

Le travail en atelier l’après-midi a pour but de trouver un cadrage et des sujets précis et d’identifier des acteurs motivés. Il s’agira de fixer des priorités et de listes les contraintes et les pistes d’ouverture.  Nous espérons pouvoir dégager des projets concrets démarrables à court terme sur lesquels nous pourrons apporter les premiers retours d’expérience à un horizon de 6 mois.

 

6/ En quoi le Pôle Build & Connect est-il le cadre pertinent pour lancer cet Institut ?

 

RD : C’est le seul pôle de compétitivité national dédié aux bâtiments. Il a vocation à infuser sur tout le territoire. On a vu que le sujet crucial était l’innovation. Celle-ci a besoin d’être accompagnée ou menée en collaboration. Le pôle offre un cadre, une expertise et aide à trouver les ressources pour faciliter les innovations.

 

D’autre part, face aux défis devant nous, on a besoin de structures qui rassemblent. Build & Connect fait se côtoyer et travailler ensemble des chercheurs, des formateurs et des entreprises mais aussi des collectivités territoriales, des industriels, des entreprises de construction et des maitres d’ouvrage.  C’est ce dont on a besoin pour la mise en œuvre des projets de manière concrète.

L'institut du Digital dans la Construction sera à l'origine de projets d'expérimentations, de capitalisation de retours d'expériences et de suivi de projets innovants.
Nous vous encourageons vivement à rejoindre notre premier événement qui réunira des experts de l'industrie, des chercheurs, des professionnels du secteur et des maîtres d'ouvrage pour discuter des tendances actuelles et futures dans la construction numérique. 

Rejoignez-nous pour une journée d'exploration, de découverte et de réflexion sur l'avenir numérique de l'industrie de la construction. Nous espérons vous voir nombreux à cet événement exceptionnel !

 

Programme et inscriptions : https://www.buildandconnect.eu/fr/event/lancement-de-linstitut-du-digital-dans-la-construction




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité